Psychologue : vaincre le syndrome de l’imposteur

Beaucoup de web entrepreneurs évoque le syndrome de l’imposteur, mais je suis persuadée qu’il peut toucher même les professionnels de santé diplômés d’Etat. La preuve, je suis psychologue et j’ai souffert de ce syndrome pendant des années sans le savoir. Aujourd’hui, je lève le voile sur le syndrome de l’imposteur des psychologues.

Qu’est-ce que le syndrome de l’imposteur ?

Le syndrome de l’imposteur ou appelé aussi syndrome de l’autodidacte est un sentiment de doute perpétuel quant à nos compétences et notre mérite. C’est un syndrome lié au contexte professionnel et la personne qui en souffre à l’impression d’être un imposteur, elle pense ne pas mériter sa place et doute de ses propres compétences. C’est un mal-être constant qui génère du stress puisque la personne pense qu’elle peut être démasquée a tout moment.

Vous imaginez vivre sur le qui-vive chaque jour en attendant la sentence ? Quelle horreur !

Il existe bien sûr des pistes pour vaincre ce syndrome de l’imposteur et je vais en évoquer quelques-uns à la fin de cet article. J’aimerais avant cela, vous faire part de mon expérience avec ce syndrome de l’imposteur.

La psy victime du syndrome de l’imposteur

Après 5 années d’études en faculté de psychologie, j’avais mon diplôme en poche, mais j’avais la sensation de n’avoir rien appris. Pendant 5 ans, on nous a appris à penser d’une certaine manière, mais j’avais l’impression de n’avoir aucuns outils pour être capable d’aider les autres.

J’ai gardé ce sentiment en moi, car je pensais être la seule à être aussi perdue. Je pensais que cela venait de moi. J’avais peur qu’on me retire mon diplôme et j’attribuais son obtention à un coup de chance !

Pire encore je préférais travailler dans un service d’oncologie et de soins palliatifs en me disant que si je faisais de grosses erreurs, ce serait moins grave ! (c’est dit …)

Après des mois et des années de galère pour trouver un job stable c’est à dire un CDI, j’ai abandonné cette voie, en me disant que de toute façon ce n’était pas fait pour moi.

Je me suis donc tournée vers un autre projet : celui de devenir assistante manager d’un magasin de prêt à porter (magasin dans le lequel j’ai commencé à bosser en job étudiant). J’ai passé l’entretien et je n’ai pas été retenu, car (tenez-vous bien) « j’étais trop humaine« . Oui vous avez bien lu ! Il me semblait que c’était une qualité, mais dans la bouche de ce monsieur ça ne l’était pas du tout …

A ce moment là j’ai réfléchi et je me suis dit qu’en fait la psychologie me correspondait bien finalement. Tous mes proches le pensaient d’ailleurs, il n’y avait que moi qui doutait de … moi !

J’ai déménagé à l’autre bout de la France, j’ai trouvé un CDI 35h en tant que psychologue et cette expérience m’a permis de prendre énormément confiance en moi.

En janvier 2020, je fais le grand saut, j’ouvre mon cabinet libéral à Bordeaux. Si l’on m’avait dit que j’en serais là il y a deux ans, je ne l’aurais pas cru.

En libéral ? Moi ? Jamais ! « Je suis trop frileuse » disais-je …

Tout cela pour dire que, oui même avec un diplôme en poche, on peut douter de soi, de ses compétences.

Si toi aussi, tu es psychologue et tu doutes de toi, saches que tu n’es pas seul ! Viens discuter avec moi, je serais ravie de pouvoir t’aider à dépasser ton syndrome de l’imposteur 🙂

A lire aussi : Le miracle morning & les entrepreneurs

Quelles solutions face au syndrome de l’imposteur ?

Il existe plusieurs exercices pour dépasser et vaincre votre syndrome de l’imposteur. En voici quelques-uns qui pourront vous aider à reprendre le contrôle de votre vie professionnelle.

Faire la liste de vos compétences

L’être humain a tendance à se concentrer sur le négatif, sur ce qui ne va pas, ce qui manque ect… C’est le biais de négativité. Il va donc falloir rééduquer notre cerveau pour contrebalancer ce biais et voir qu’en fait il y a autant (voir plus) de positif que de négatif. C’est juste que le négatif pèse plus lourd dans la balance émotionnelle.

Je vous propose ainsi de faire la liste de :

  • vos compétences
  • vos réussites
  • vos qualités

Cela vous permettra d’avoir un regard plus objectif sur vous-même afin de prendre conscience de vos qualités. N’hésitez pas à demander de l’aide autour de vous, car il est souvent difficile de lister nos compétences par nous-même.

Formez-vous pour combler vos lacunes

Si vous pensez avoir des lacunes sur certains domaines, formez-vous ! C’est un excellent moyen de reprendre confiance en ses capacités. Lisez des articles, regardez des vidéos, assistez à des conférences et/ou investissez dans des formations spécifiques. En tant que psychologue, il est d’ailleurs de notre devoir de s’informer en continu 🙂

Travailler sur vos pensées

Saviez-vous que sur environ 60 000 pensées quotidiennes, 48 000 sont négatives ? Plus de 95% de nos pensées sont d’ailleurs identiques à celles de la veille, c’est énorme ! Vous comprenez l’importance de les travailler.

Prêter attention à votre discours intérieur et à chaque pensée négatives, transformez la en pensée positive.

Par exemple « Je suis nulle » deviendra « Je fais de mon mieux chaque jour ».

C’est une véritable rééducation du cerveau ! Avec de la patience et de l’entraînement, ce processus deviendra automatique 🙂

Ne vous comparez pas autres

Dernier conseil et pas des moindres : arrêter de vous comparer aux autres ! Nous sommes tous différents et chacun avance à son rythme. Il est totalement incohérent de lancer son cabinet et de se comparer à votre collègue qui a 5 ans d’expérience derrière lui.

La seule personne qui compte, c’est vous. Apprenez à être bienveillant avec vous-même.

Si la comparaison vous aide à vous motiver à atteindre vos objectifs, ok. En revanche si le fait de vous comparer vous met le moral dans les chaussettes, évitez !

Comment j’ai réussi à sortir du syndrome de l’imposteur ?

De mon côté, ce qui m’a aidé à dépassé ce syndrome de l’imposteur, c’est l’hypnose à deux niveaux.

Au niveau professionnel, ma formation d’hypnose m’a permis de m’approprier un outil concret que j’utilise dans ma pratique en tant que psychologue.

Au niveau personnel, l’hypnose m’a permis de prendre davantage confiance en moi grâce à la visualisation et l’ancrage. Ce sont deux techniques issus de l’hypnose et la PNL (programmation neuro-linguistique).

Avez-vous déjà été victime du syndrome de l’imposteur ?

salaire-psychologue-libéral

4 réponses sur “Psychologue : vaincre le syndrome de l’imposteur”

  1. Hello ma belle,

    bravo à toi pour avoir dépasser le fameux syndrome de l’imposteur. Il y a eu une phase où je remettais tout en question (après mon 1er emploi), et le fait de faire une liste avec mes compétences m’a beaucoup aidé ! 🙂

  2. Ah… comme ça me parle! Merci pour cet article.
    Le syndrome de l’imposteur du psychologue… votre récit fait écho. Sortir de la fac et se dire qu’on ne sait rien. C’est du vécu.
    C’est à coup de formations complémentaires que j’ai gagné en confiance, avec cette impression d’être plus légitime, et bien sûr d’avoir mon sac à dos de psy mieux rempli pour accompagner l’autre. J’ai donc fini par croire ce que me disaient les équipes avec lesquelles je travaillais ainsi que les familles que j’accompagnais sur la qualité de mon travail 😊
    J’ai été bien sûr été travailler aussi la question de l’estime de moi même. Oui, oui, les psy ont besoin de psy!
    Merci pour ces clés qui m’aident à me questionner sur où je suis par rapport à ce syndrome 😌

    1. Merci pour votre retour Nathalie ! Et bravo à vous d’avoir réussi à dépasser ce syndrome même si c’est un travail constant 🙂
      Et oui, les psys sont des êtres humains aussi !
      Votre témoignage est précieux alors merci d’avoir pris le temps de le déposer 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *